Les aéroports du Canada Atlantique exigent des tests

La bulle se dégonfle de plus en plus

Pour publication immédiate

(HALIFAX – Lundi 9 novembre 2020 – Air Canada vient d’annoncer aujourd’hui ses résultats trimestriels, ainsi que la suspension de toute fermeture additionnelle de postes et des coupures de trajets afin de tenir de nouvelles discussions avec le gouvernement fédéral à propos du soutien au secteur. Le Canada Atlantique est particulièrement vulnérable à de nouvelles coupures occasionnées par la bulle de l’Atlantique, selon les exploitants aéroportuaires de la région.

« Notre industrie demande aux premiers ministres des provinces de l’Atlantique d’implanter des protocoles de tests à l’arrivée des passagers domestiques. L’ajout de tels protocoles de test à l’intention de tous les voyageurs se déplaçant en avion dans notre région apporterait un peu plus de tranquillité d’esprit à nos collectivités. Cette mesure de sécurité supplémentaire permettrait de réduire la durée des quarantaines tout en nous assurant que la région demeure saine. »

Le Canada Atlantique a été deux fois la cible d’interruptions de service par les grands transporteurs canadiens. Il y a à peine un mois, WestJet annonçait la suspension de 80 pour cent de sa capacité au Canada Atlantique tandis qu’en juin, Air Canada suspendait indéfiniment 11 trajets dans la région Atlantique en plus de fermer ses postes de Bathurst, au N.-B. et de Wabush, à T.-N.-L.

« En raison des coupures que notre région a déjà subies, nous sommes passablement soulagés d’apprendre que le gouvernement fédéral souhaite discuter d’aide au secteur avec les transporteurs aériens dès cette semaine, déclare Derrick Stanford, président de l’Association des aéroports du canada Atlantique. Les restrictions de quarantaine de 14 jours s’appliquant au COVID-19 dans les provinces de l’Atlantique ont étouffé notre industrie. Nous devons trouver une solution fondée sur des preuves scientifiques et implanter des tests dans nos aéroports avant de perdre plus de connectivité. »

« Plusieurs personnes pourraient ne pas songer au transport aérien en ce moment, mais il s’agit d’un service essentiel pour nos travailleurs en rotation, notre milieu des affaires et notre économie touristique et ses visiteurs. Il faudra des années avant de reconstruire ce qui a été perdu, signale Monette Pasher, directrice générale de l’Association des aéroports du Canada Atlantique. Quand l’industrie aérienne perd des plumes, ce sont nos petites communautés rurales et régionales qui en souffrent le plus. »

Mme Pasher mentionne que certaines provinces du Canada Atlantique effectuent désormais des tests et réduisent la durée de la quarantaine pour leurs travailleurs essentiels et en rotation. De la même façon, l’Alberta dispose d’un projet pilote de testage des voyageurs internationaux et plusieurs pays et transporteurs européens ont lancé leurs propres programmes de test de COVID-19 à l’arrivée et au départ.

« Vous savez, dit M. Stanford, la bulle Atlantique résiste depuis cinq mois, mais les bulles sont parfois étranges. La nôtre finira par se dégonfler et pour l’instant, elle suffoque nos aéroports et nos économies. Nous ne pouvons plus attendre. Nous devons utiliser la science pour aller de l’avant et nos provinces doivent commencer à tester avant qu’il ne soit trop tard pour éviter l’écrasement de notre industrie. »

Demandes des médias :

Monette Pasher, directrice générale, Association des aéroports du Canada Atlantique
Cell. : (902) 802-5651
Courriel : Monette@acairports.ca

News Archives