L’aide financière fédérale est essentielle pour que les aéroports du Canada atlantique puissent surmonter les répercussions économiques de la COVID-19

Pour publication immédiate

(HALIFAX) le 23 mars 2020 —– Alors que les aéroports du Canada atlantique poursuivent leur collaboration avec les organismes de santé publique et les partenaires des compagnies aériennes afin que les milliers de gens qui retournent chez eux puissent passer dans notre région en toute sécurité, ils réfléchissent à ce que leur réserve l’avenir et aux mesures à prendre pour maintenir leur viabilité financière au cours des semaines et des mois à venir, malgré les répercussions de l’épidémie de
COVID-19.

Selon les estimations actuelles, le trafic passagers dans le pays diminuera de 70 % pendant la période de mars à juin 2020. Un certain nombre de transporteurs ont suspendu leurs vols à court terme, tandis que d’autres ont réduit considérablement leurs vols et leur capacité. « En fait, une fois que tout le monde sera rentré à la maison, les Canadiennes et les Canadiens cesseront à court terme de se déplacer pour respecter les consignes des autorités sanitaires provinciales, explique Monette Pasher, directrice exécutive de l’Association des aéroports du Canada atlantique. Et ce n’est que le début, car nous prévoyons d’autres changements dans la capacité des compagnies aériennes dans les jours, les semaines et les mois à venir, alors que le nombre de passagers continue de chuter. »

Les estimations pour l’année entière montrent une diminution du trafic de 40 à 50 %, ce qui représente plus de 4,2 millions de déplacements pour la région. À l’heure actuelle, les responsables del’industrie estiment que la perte de revenus d’exploitation des aéroports du Canada atlantique découlant de la COVID-19 pourrait atteindre les 92 à 118 millions de dollars. Les aéroports de la région exhortent le gouvernement fédéral à accorder une aide aux petits aéroports afin d’assurer leur flux de trésorerie et leur loyer pour l’année à venir, au moment de la reprise économique générale du pays.

Pour limiter les pertes, les aéroports resserrent leur budget et annulent leurs programmes d’investissement. Comme le dit Mme Pasher, « ils peuvent réduire leur budget au strict minimum et adopter des mesures d’austérité, mais il reste des coûts fixes importants liés à l’exploitation des infrastructures de transport essentielles. Les aéroports restent ouverts pour assurer un service essentiel et faciliter le rapatriement des Canadiennes et Canadiens de l’étranger et le passage des vols MEDEVAC. »

Mme Pasher poursuit : « Les aéroports du Canada atlantique sont des entreprises à but non lucratif dont les excédents d’exploitation, s’il en est, sont réinvestis dans l’entretien des infrastructures aéroportuaires afin de protéger la santé et la sécurité des voyageurs. Nos aéroports ne produisent tout simplement pas les excédents nécessaires pour faire face à un choc économique comme celui associé à la COVID-19. Notre industrie aura besoin d’aide. »

L’Association des aéroports du Canada atlantique (AACA) exhorte le gouvernement fédéral à déployer un programme d’aide financière ciblé pour assurer la viabilité financière continue des aéroports du Canada. Il estime que l’accent doit être mis sur l’atténuation des pertes d’exploitation et des effets négatifs à long terme sur notre industrie, ce qui sera essentiel pour stimuler l’activité économique dans nos communautés lorsque la situation se redressera.

Les aéroports du Canada ont établi avec précision les mesures à prendre :

L’allègement des loyers pendant au moins un an. De nombreux aéroports paient un loyer au gouvernement fédéral et leur allègement leur permettrait de redéployer ces fonds pour poursuivre leurs activités et soutenir les stratégies de relance. Ils estiment qu’il s’agit du mécanisme direct le plus rapide par lequel le gouvernement fédéral peut soutenir les aéroports du Réseau national des aéroports du Canada pour les aider à faire face à leurs problèmes de trésorerie.
L’allègement financier pour la réduction du flux de trésorerie. Une aide financière directe non remboursable sera également nécessaire pour compenser les déficits d’exploitation. Cela est particulièrement important pour les petits aéroports qui paient un loyer très faible ou qui n’en paient pas du tout.

-30-

À propos de l’Association des aéroports du Canada atlantique L’AACA représente douze aéroports dispersés dans quatre provinces, soit Terre-Neuve-et-Labrador, la Nouvelle-Écosse, le Nouveau Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard. Plus de huit millions de passagers et près de 60 000 tonnes de fret par année y transitent annuellement, ce qui génère plus de 46 000 emplois dans la région. Les aéroports du Canada atlantique constituent d’importants moteurs économiques. Le trafic de passagers et de fret injecte plus de 4,4 milliards de dollars par année dans l’économie de la région.

Relations avec les médias :

Monette Pasher, directrice exécutive, Association des Aéroports du Canada Atlantique
Tél. cell. : 902 802-5651
Courriel : Monette@acairports.ca

News Archives