Air Canada annonce de nouvelles coupures de service et de comptoirs au Canada Atlantique

Pour publication immédiate

(HALIFAX) Mardi le 8 décembre 2020 – Les aéroports du Canada Atlantique ont été informés aujourd’hui d’une nouvelle série de coupures qu’Air Canada s’apprête à faire en date du 11 janvier 2021. La deuxième vague d’infections au COVID-19 s’ajoute à la pression déjà ressentie par ce secteur au bord de l’effondrement.
Les fermetures de comptoirs s’avèrent le pire scénario pour certains petits aéroports de la région et elles causeront une fracture plus grave encore pour la viabilité des personnes dont le mode de vie exige d’entrer et de sortir de ces communautés. L’impact cumulatif des réductions de service aérien est pire qu’un coup dur pour notre région. Nous pourrions assister au chant du cygne de certains petits aéroports régionaux si aucune solution n’est trouvée.

Air Canada annonçait aujourd’hui qu’à partir du 11 janvier 2021, elle suspendra jusqu’à nouvel ordre tous les vols vers Sydney et Saint John ainsi que quatre liaisons vers Deer Lake, Charlottetown, Fredericton et Halifax.
L’annonce survient peu de temps après celle d’octobre par WestJet, qui suspend 80 pour cent de sa capacité au Canada Atlantique, et celle d’Air Canada en juin, concernant la suspension de 11 trajets au Canada Atlantique ainsi que la fermeture des comptoirs de Bathurst, au Nouveau-Brunswick, et de Wabush, à Terre-Neuve et Labrador.

« Nous en sommes à la troisième ronde majeure de coupures dans la région au cours des six derniers mois, déclare Derrick Stanford, président de l’Association des aéroports du Canada Atlantique. Le service s’en trouve réduit à un niveau insoutenable pour nos aéroports. Notre industrie ne peut survivre et fonctionner dans ces conditions et nous voyons aujourd’hui s’amorcer le pire scénario possible. Cette décision aura un immense impact sur l’économie de notre région, sur la capacité des familles de reprendre contact, sur les déplacements des travailleurs essentiels, ainsi que sur les employés et les entreprises de nos aéroports. »

« Le service aérien est réduit au strict minimum, ce qui rend chacune de ces coupures encore plus dévastatrice, car elles touchent le cœur de nos communautés et isolent notre région du reste du pays, signale Monette Pasher, directrice générale de l’Association des aéroports du Canada Atlantique. Nous aurons beaucoup de pain sur la planche si nous souhaitons rétablir l’accès aérien à la région. Les répercussions de ces coupures seront ressenties pendant encore de longues années dans plusieurs villes, municipalités et communautés rurales. »

Selon Mme Pasher, l’industrie réclame le soutien fédéral aux transporteurs aériens du pays depuis des mois. « Le secteur aérien a été mentionné dans l’Énoncé économique d’automne publié le 30 novembre. Notre région et nos petits aéroports sont reconnaissants du soutien financier et s’attendent à voir cet argent aider nos communautés à demeurer connectées. Malheureusement, ce soutien est insuffisant pour les aéroports de moyenne et grande taille et aucune aide n’est offerte aux transporteurs, si ce n’est la subvention salariale. La moitié des employés de notre industrie se retrouve sans emploi et comme ce secteur est parmi les plus durement affectés, un soutien additionnel est requis d’urgence pour que les aéroports et les transporteurs aériens puissent espérer survivre à cette pandémie. »

Neuf mois après le début de cette crise, le Canada est le seul pays du G7 à n’avoir pas encore offert de soutien sectoriel à ses transporteurs aériens. Le Canada a besoin de transporteurs aériens en bonne santé, car ils jouent un rôle essentiel dans notre économie. Mme Pasher signale : « Quand l’industrie aérienne se contracte, les plus petites communautés sont les plus durement touchées et c’est ce que nous constatons une fois de plus aujourd’hui. La principale raison derrière les coupures d’aujourd’hui consiste en un mélange de restrictions de déplacement uniques à notre région et d’une hausse du nombre de cas de COVID au pays, ce qui bien entendu a un impact sur la demande. Les spécialistes de l’industrie affirment qu’il faudra jusqu’à un an avant que la majorité de la population ne soit vaccinée. Le secteur ne pourra attendre aussi longtemps avant d’amorcer sa reprise.

Nos provinces doivent mettre en place des tests afin de mieux comprendre la prévalence du COVID-19 dans nos communautés et contribuer à rebâtir la confiance des consommateurs envers le secteur. C’est la raison pour laquelle nous avons exigé des projets pilotes dans les aéroports de notre région. »

Demandes des médias :

Monette Pasher, directrice générale, Association des aéroports du Canada Atlantique
Cell. : (902) 802-5651
Courriel : Monette@acairports.ca

News Archives